Thapsus, ville portuaire antique de Méditerranée occidentale

Les vestiges de la ville antique de Thapsus sont situés à l’emplacement du lieu dit Ras Dimass (Municipalité de Bekalta, Governorat de Mahdia) sur la façade orientale du Sahel tunisien. Cette position littorale, grâce aux ressources que la mer procure, en fait un endroit particulièrement propice à l’installation humaine depuis la plus haute Antiquité. Néanmoins cet environnement littoral est aussi instable et oppose à l’homme des contraintes fortes auxquelles il a dû faire face.

Voir en plein écran

Histoire de l’agglomération antique

Comme plusieurs ports de cette région, Thapsus pourrait avoir été fondé par les Phéniciens, quoique que cette origine haute reste à démontrer. La plus ancienne mention de la ville est faite par le Pseudo-Scylax (110, éd. Muller 1885). Après s’être rangée aux côtés des Romains au cours de la troisième guerre punique, elle devint une cité libre de la province d’Africa. Bien qu’elle se soit ralliée aux pompéiens, ce statut ne paraît pas lui avoir été enlevé après la victoire de César en 46 av. J.-C. Elle fut le lieu de la victoire décisive de ce dernier sur ses adversaires. Pline la mentionne encore comme bénéficiant de l’immunitas (HN, V, 24) et elle obtint par la suite le statut privilégié de colonie romaine (AE 1999, 1772). À partir de la fin du IIIe siècle, la cité fut intégrée dans la province de Byzacène après la grande réforme provinciale de l’empereur Dioclétien. Marquée par la christianisation de l’empire, la ville abrita ensuite le siège d’un évêché dont l’existence est attestée en 484 par la charge de Virgilius, episcopus Tapsinus. Après l’installation des Vandales, et malgré une très probable transformation importante de son urbanisme classique, l’occupation de la ville se poursuit jusqu’à la période byzantine. Quelques vestiges de l’époque islamique ont également été mis au jour sur le site, la ville semble toutefois avoir été abandonnée au Moyen Âge et le peuplement s’être déplacé à Bekalta (Younes 1999a, 27).

Une ville littorale et son arrière-pays

La ville est implantée en bordure littorale, à l’emplacement d’un cap ouvert sur la Méditerranée propice à l’installation d’infrastructures portuaires. Ce fut sans doute l’une des raisons de sa fondation.

Avec la conquête romaine, l’activité commerciale et portuaire s’est développée en profitant des nouveaux courants commerciaux ouverts par l’insertion de l’Afrique dans l’orbite de Rome et l’ouverture des marchés italiens. Le rôle attribué à l’Afrique dans l’approvisionnement de Rome a renforcé l’activité des ports de Byzacène, d’autant que cette région bénéficiait d’une productivité agricole exceptionnelle comme le rappelle Pline l’Ancien (HN, V, 24).

Le secteur est propice à l’installation de madragues pour la pêche qui fournissait une matière première pour la transformation des produits de la mer et notamment la production de salsamenta, une activité qui n’est pas toutefois documentée à ce jour à Thapsus, bien qu’elle soit hautement probable. Des ateliers de salaisons de poisson sont en effet présents tout le long du littoral tunisien, notamment à Lamta (Leptiminus) et Salakta (Sullecthum) localisées respectivement au nord et au sud de Thapsus (Slim, Bonifay et alii, 1999, fig. 1).

L’arrière-pays littoral est marqué par la présence d’une dépression côtière située sous le niveau marin, de10 km de longueur et 6 km de largeur, la sebkha de Moknine. Cette sebkha est localisée sur la frange orientale du territoire de la cité de Thapsus et à 7 km du centre urbain (fig. 1). Généralement, la salinité de ces lacs rend ces lieux favorables à l’extraction du sel. Des changements climatiques survenus entre le IVe et le VIIe siècles semblent avoir permis le développement d’une activité de pêche dans ces sebkhas (Slim et alii, 2004, p. 46).

Sebkha de Moknine

Fig. 1 – Rive orientale de la Sebkha de Moknine. © Mission Thapsus 2019

La ville, connectée à l’hinterland africain, abrita une activité portuaire dont témoignaient encore, dans les années 1970, les vestiges d’un môle monumental daté de la période romaine (Younes 1999a, 234). Des installations sur la terre ferme devaient compléter ce dispositif : quais, entrepôts, citernes, ateliers, bureaux. Ces structures sont bien attestées dans de nombreux ports de la Méditerranée comme en témoignent les horrea d’Hergla situés à quelques 70 km au nord (Ghalia, Villedieu, Virlouvet, 2011) mais à ce jour, aucune d’entre elles n’a été reconnue sur le site de Thapsus.

Histoire des recherches

La ville est mentionnée par de nombreux auteurs anciens de langue grecque ou latine (Younes 1999, 35). Elle figure également dans la Géographie de Ptolémée et la Table de Peutinger, mentions qui permettent de situer aisément la ville au cap de Ras Dimass entre Lemta et Salakta (Younes 1999). Cette identification est d’ailleurs attestée par les écrits d’Al Maliki au XIe siècle. Du XVIIIe siècle à la première moitié du XXe siècle, ces vestiges suscitent d’abord l’intérêt de voyageurs érudits puis de quelques savants dont certains ont laissé des descriptions parfois très détaillées des quelques vestiges encore visibles de la ville à leur époque (l’enceinte de la ville, le môle, l’amphithéâtre et les grands réservoirs). Citons par exemple les relevés d’A. Daux (Daux 1869). Dans le dernier tiers du XXe siècle, des fouilles de sauvetages, partiellement publiées, ont été conduites dans l’amphithéâtre et sur les nécropoles de la ville (Fantar 1978). Une large partie de la documentation disponible a été rassemblée par A. Younes dans une thèse soutenue en 1997, publiée en 1999 : « Recherches sur la ville portuaire de Thapsus et son territoire en Byzacène dans l’Antiquité ». Ce travail a l’intérêt de présenter les résultats de nombreuses prospections pédestres ; conduites en 1994-1995 sur le territoire de la ville, elles ont localisé de modestes mais nombreuses structures antiques (nécropoles, puits, citernes, murs, fours à chaux). Depuis quelques années, l’Institut national du patrimoine (INP) a repris les recherches archéologiques sur le site de la ville. Ses travaux se sont concentrés sur deux secteurs : un édifice monumental encore non identifié situé au cœur de l’espace urbain, et les vestiges d’un petit fortin médiéval, peut-être lui-même installé sur les fondations d’un temple antique à proximité de la plage. Le temps et les moyens ont manqué toutefois pour permettre le développement d’une fouille d’ampleur sur ces deux secteurs.

Les vestiges connus

Peu de fouilles ont été conduites dans la ville comme dans son arrière-pays. La plupart des vestiges connus ont été identifiés lors de prospections ou de découvertes fortuites, mais la majeure partie de la ville reste ensevelie dans un secteur théoriquement protégé. Toutefois, le site est aujourd’hui victime d’une érosion accélérée et de destructions massives en raison des travaux agricoles, du développement urbanistique et des constructions illégales.

L’époque libyco-punique, attestée de manière indirecte par des sources textuelles, est principalement connue par une nécropole (Fantar 1978), ainsi que par de la céramique (Younes 1999a, p. 282-287, Bedoui, Ben Younes et Dutour 2002, p. 2). Des interventions préventives en 2016 ont permis la découverte d’un vase attribué au corinthien récent et daté du milieu du VIe s. av. notre ère (étude en cours Y. Sghaïer).

Les vestiges des époques suivantes sont peu nombreux, mais témoignent de l’importance et de la richesse de la cité dont l’occupation a perduré au moins jusqu’à la période byzantine.

La ville romaine

La ville d’époque romaine s’étendrait sur près d’une quarantaine d’hectares. Son plan d’urbanisme est inconnu : le réseau viaire et la plupart des espaces publics ne sont pas localisés.

Des travaux remontant au XIXe siècle ont traité la question de l’enceinte punique (Daux 1869). Les sources littéraires suggèrent que cette ville avait des fortifications qui remontent au moins au IVe siècle av. notre ère, lors de la prise de la ville par Agathocle (Diodore de Sicile, 20.17). Des fortifications existaient au moment de la guerre civile : l’auteur anonyme du Bellum Africum rapporte que César avant d’engager la bataille décisive a établi son camp sous les murs de cette ville (Bellum Africum, 79, 1). Les recherches publiées par Charles Tissot et réalisées par l’ingénieur A. Daux en 1868 ne peuvent pas être vérifiées actuellement sur le terrain (Daux 1869) et les possibilités d’erreur d’identification de cet ingénieur mandaté par Napoléon III semblent être élevées. Aucune recherche archéologique postérieure n’a traité la probable existence de la fortification de Thapsus.

Des structures portuaires, on connaît les vestiges d’un môle monumental dont une partie était encore visible dans les années 1970 avant l’aménagement du port actuel, tandis que l’autre partie est immergée. Les clichés verticaux actuels font apparaître, à l’est du port moderne, cette structure submergée de forme courbe. La jetée s’étendait sur 1080 m de longueur, décrivant un arc de cercle de 65 à 85 m de largeur (selon Slim et alii, 2004, p.152 et Younes 1999b, p.190) ; elle aboutissait à une structure interprétée comme un phare. D’autres môles, plus petits ont aussi été identifiés. Les vestiges de maçonnerie qui apparaissent sur le littoral, face au bras de terre et l’abondant mobilier erratique sont attribués à un « port primitif » dit « portus pristinus », aménagé face à un plan d’eau protégé, entre le littoral et un bras de terre. En outre, trois jas d’ancres en plomb ont été trouvés en mer, à proximité du rivage du bras de terre (« île sableuse » ou « île basse » selon A. Younes). Une synthèse des hypothèses et des données est réunie dans la thèse d’A. Gadhoum (Gadhoum 2010, p.162-179).

La ville possédait un amphithéâtre, bâti en grand appareil (env. 80 m de longueur sur 65 m de largeur), implanté au sud-ouest, à l’extérieur de l’enceinte. Des dégagements archéologiques anciens ont permis de localiser les deux entrées axiales, l’arène, le podium et de reconnaître la cavea ainsi qu’un corridor de service voûté. Le monument a livré plusieurs fragments de marbre (Younes 1999a, 238-244). Au centre de l’arène, des structures maçonnées posent des problèmes d’interprétation.

Les restes d’un aqueduc sont signalés au sud-ouest de la ville : il aboutissait à un ensemble de vingt-six grands réservoirs situés extra muros (105 m sur 67 m soit 6700 m2). Des adductions partaient de ces grandes citernes pour alimenter la ville intra muros dotée de plusieurs citernes publiques ou privées mais les bâtiments dont elles dépendaient ne sont pas clairement identifiés (Younes 1999a, 250-263).

Ces dernières années, ont été dégagés un complexe monumental dont la fonction n’est pas identifiée, composé de vastes salles pavées de mosaïques, ainsi qu’un espace thermal.

L’habitat est mal connu. On connaît en revanche quelques citernes de tailles modestes qui pourraient être la trace d’anciens espaces domestiques.

Les vestiges découverts dans l’arrière-pays

Les découvertes fortuites et les prospections menées dans l’arrière-pays, au cours des dernières décennies, ont permis d’identifier une trentaine de sites dans un rayon d’environ sept kilomètres autour de la ville antique. Ils témoignent des ressources économiques de l’hinterland de Thapsus.

Une vingtaine d’établissements agricoles est répertoriée ; certains correspondent à des grands domaines (présence de mosaïques, fragments de marbre et pilettes d’hypocaustes) (Younes 1999a, 322-327). Un de ces sites daterait de la période punique (Ben Younes 1981, p. 9-15). Aucun de ces établissements n’a encore été fouillé. Cette situation explique pourquoi aucune installation liée à la transformation des produits agricoles ou marins n’est encore reconnue, hormis peut-être une huilerie. Or, il ne fait aucun doute que l’arrière-pays de Thapsus présentait des richesses parmi lesquelles la céréaliculture : d’après Pline, le Byzacium bénéficiait d’une forte fertilité (HN, V, 3, 2).

Le témoignage du naturaliste semble confirmé par l’existence de cadastres dans les campagnes environnant Thapsus. Dans l’Atlas des centuriations romaines de Tunisie, sur la feuille de Moknine, quelques traces de découpages réguliers du parcellaire sont figurées dans l’arrière-pays de Thapsus et de Leptiminus (Caillemer et Chevallier 1954, n°66). Or, des recherches menées au milieu des années 1990, à partir d’images satellitaires SPOT et de photographies aériennes, ont montré qu’elles étaient bien plus nombreuses et quasi omniprésentes (Ouni et alii 1995). En raison de l’emploi de la coudée punique, et non du pied romain, les auteurs de cette étude supposent que ces découpages n’ont pas été tracés par des arpenteurs romains mais bien sous l’autorité de ces villes libres, suite à la loi agraire de 111 avant notre ère. L’ensemble du territoire aurait été organisé assez tôt par la cité de Thapsus mais la possible succession de différents tracés encourage à poursuivre ce travail afin de mieux comprendre la chronologie et la politique de mise en valeur.

L’oléiculture, la vigne et les salaisons de poissons devaient compter parmi les activités de production, comme c’est le cas à Leptiminus (Slim et alii, 2004) : elles sont attestées indirectement par la découverte de quelques ateliers de potiers qui montrent, qu’entre la période punique et la période tardive, on fabriquait des amphores destinées à contenir et à exporter de l’huile, du vin et/ou des salaisons de poissons. (Nacef 2015). D’autres ateliers de potiers dont la production n’a pas encore été identifiée sont recensés dans la ville (Younes 1999a, 296-297).

Enfin, deux carrières romaines de tuf et huit fours à chaux supposés romains auraient servi les chantiers de constructions locales (Younes 1999a, 341-343).

L’ensemble des vestiges connus ou repérés constituent les marqueurs du degré de développement atteint par Thapsus ; ils témoignent, plus généralement, de l’opulence de la cité pendant la période romaine et de sa longévité jusqu’à l’époque médiévale.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search